Bonjour, je m'appelle Alexis. Mon plaisir dans la vie c'est d'agencer le matériel dramaturgique de manière à provoquer du mouvement, de nouveaux mouvements, du silence et des nouveaux départs.

La matière c'est ce qui se passe de l'autre côté des données. Les données c'est ce qui se passe de l'autre côté de la matière.

Ce que je sais du monde des données est parfois applicable au monde matériel et vice-versa.

Je pratique la mise en forme de données et l'abstraction de la forme. La connaissance et les manières d'apprendre dansent en moi et je jardine d'une dimension à l'autre.

Mon attention s'ouvre, se module, s'oriente et se déplace, je remarque mes manières de modéliser le monde, de fabriquer des phrases, de les énoncer, d'écouter leur effet sur mon interlocuteur.

Cette écoute m'informe sur les situations relative de mon interlocuteur et moi-même.

Lorsqu'une de mes manières de voir le monde me porte injure ou porte injure à l'autre, je remarque (sauf lorsque je remarque pas). Lorsque je remarque les effets que les métaphores que j'utilise ont sur le monde je m'ajuste (sauf lorsque je ne m'ajuste pas).

Atlas

Le titre de mon projet est Atlas des rencontres qui ont mené à ceci.

La phase de recherche dans laquelle je me trouve est basée sur l'imaginaire que provoque en moi les méthodes "avocat du diable" utilisées dans les systèmes de traitement de la voix. 

Par example, lorsque je me laisse une note à moi-même sur mon téléphone une analyse sonore détermine le sens. Un logiciel récolte des information sur mon timbre, mes manières d'agencer les mots, les concepts et les manières dont je me trompe ou hésite de sorte à me comprendre suffisamment.

Les technologies qui sous-tendent cette commodité s'améliorent constamment grace aux efforts de chercheurs et d'innovateurs qui partagent leurs résultats dans des bases de connaissances disponible pour quiconque créé des logiciels.

Mon projet est à propos des opportunités que nous avons de mieux écouter et communiquer l'essentiel à l'ère du vite vite.

L'adversité à la rescousse

En ce moment il y a abondance de matériel sémantique. C'est normal, il y a un engouement pour la connaissance et l'apprentissage.

Puisque la vitesse à laquelle nous développons nos outils rend difficile la prédication des effets qu'ils pourraient avoir, un outil peut contribuer à faire circuler des éléments manquant du puzzle. Par example, si dans un jeu, si vous avez un allié et deux ennemis, vous avez accès aux données que votre allié partage avec vous.

De la même manière, une ville qui n'a pas le financement nécessaire à la collecte et la mise en commun de des données de tous ses secteurs d'activités, ses opération peut mettre sur pied un programme de mise à jour de ses systèmes et mettre en place des incitatifs pour pour l'agence d'entretien sanitaire ni les auraient avantage

propriétaire de déneigeuse de votre ville, ni n'a pas tous les détails de tous les rési département d'entretien sanitaire d'un village désire réduire le coût d'analyse de l'efficacité de ses opération il est possible de mettre en commun améliorer son service, il est possible de mettre en commun les données que les réseaux d'adversaires peuvent aider je crois.

Depuis l'invention du scalpel nous nous demandons quoi d'autre scalper. Depuis l'invention de la recherche intelligente nous nous demandons quelle autre surface gratter.

Dans les grandes bases de connaissances, des agents observent, annotent et peuvent proposer des changements si nécessaire. Un agent est simplement une manière de remplir un désir en notre nom.

La création d'adversaire peut être très utile dans certains cas. Elle permet l'identification d'éventuelle stratégies d'attaques. Dans un jeu vidéo lorsque des personnages ennemis marchent vers toi et toi tu dois trouver une stratégie pour les contourner, ton Nintendo va garder en mémoire les déplacements de tous les joueurs et il va moduler l'agressivité et les ressources de chacun de manière à garder le jeu intéressant. 

Un autre example c'est les plateformes médiatiques. Si 1000 personnes commentent sur le site web d'une émission de télévision durant la diffusion, il est difficile de s'assurer que les gens soignent leur langage. En gardant une oreille sur ce qui se dit dans le réseau il devient possible d'intercepter des messages inappropriés, mais encore plus important, il devient possible d'en apprendre sur l'autre.


Last modified: juin 8, 2019

Author